De Gaulle Fleurance & Associés renforce sa pratique en Afrique avec l’arrivée d’un nouvel associé, Philippe Blaquier Cirelli

29/09/15

Philippe Blaquier Cirelli rejoint De Gaulle Fleurance & Associés pour contribuer au développement des activités du cabinet sur le continent africain, qui seront concentrées sur les projets en matière de ressources naturelles, d’infrastructures et de conseil aux gouvernements.

 

Philippe Blaquier Cirelli (56 ans) a exercé pendant plus de vingt-cinq ans au sein de cabinets français puis anglo-saxon à Paris, en qualité de collaborateur puis d’associé depuis 1991. Il dispose d’une expérience importante de dossiers d’envergure en Afrique de l’Ouest, conseillant des gouvernements, des investisseurs internationaux et des sociétés opérant sur le continent africain. Son expérience en Afrique viendra en soutien des moyens déjà déployés par De Gaulle Fleurance & Associés.

 

Notre société d’avocats accompagne depuis plusieurs années des gouvernements et des entreprises sur le continent africain (sociétés locales, filiales locales d’entreprises françaises, entreprises françaises et internationales). Particulièrement bien adaptée à la nature extensive et rapide des projets de développement en Afrique, notre organisation flexible permet de mobiliser l’ensemble de nos compétences (financement, corporate, droit des concessions et PPP, contentieux et arbitrage, médias, technologies de l’information, sécurité informatique…) en mode projet, en coordination avec notre réseau international de cabinets d’avocats good friends qui fera l’objet d’un renforcement sur le continent africain.

 

Philippe Blaquier Cirelli est titulaire d’un DEA de droit privé (Université Lille II Droit et Santé, 1983) , d’un DEA de droit international privé et droit du commerce international (Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 1984) et diplômé de l’Académie de droit international de La Haye (session 1985). Membre du Centre d’Etudes et de Prospective Stratégique, Philippe Blaquier Cirelli est ancien auditeur de l’IHEDN, de l’INHESJ et du CHEDE.

To go further