2 minutes pour comprendre : La bataille royale qui oppose EPIC GAMES à APPLE et GOOGLE

18/09/20
2 minutes pour comprendre : La bataille royale qui oppose EPIC GAMES à APPLE et GOOGLE

La bataille judiciaire a éclaté début août entre l’éditeur du jeu au 350 millions de joueurs et les deux groupes de la Silicon Valley. Prenons deux minutes pour revenir sur le contexte, l’enjeu et les conséquences de cette affaire importante pour le secteur vidéoludique.

 

Contexte

Fortnite est un jeu vidéo édité par Epic Games. Accessible et jouable gratuitement, ce jeu dit free-to-play génère d’importants revenus grâce à des achats intégrés. Les joueurs peuvent ainsi effectuer des microtransactions directement au sein de l’application afin d’acquérir plus rapidement des améliorations cosmétiques pour leurs personnages (de nouvelles apparences ou de nouvelles danses notamment). Le jeu est disponible sur de nombreuses plateformes, dont les environnements mobiles iOS et Android, développés respectivement par Apple et Google.

 

Apple et Google prélèvent diverses commissions lors des ventes réalisées à partir de leurs plateformes de distribution d’applications mobiles. Lorsque Fortnite est installé à partir de l’une des plateformes, 30 % du prix de chacune des transactions réalisées dans le jeu revient à Apple ou Google – tout du moins était-ce le cas jusqu’à présent.

Enjeu

Le 13 août 2020, Epic Games a activé une fonctionnalité intégrée à Fortnite qui lui permet de collecter directement l’intégralité des sommes payées par les joueurs dans le jeu, en contrepartie d’une remise de 20 %. Dans ce contexte, les joueurs sont libres de recourir alternativement aux systèmes de paiement proposés par Apple ou Google, ou peuvent bénéficier de la remise consentie en choisissant de reverser directement les sommes à Epic Games sans passer par un intermédiaire.

 

 

En réaction, Apple et Google ont immédiatement retiré le jeu de leurs plateformes d’applications mobiles, considérant qu’Epic Games ne respectait pas leurs conditions d’utilisation. Les utilisateurs concernés ne peuvent depuis plus télécharger le jeu ni ses mises à jour à partir de ces plateformes.

 

La réponse d’Epic Games fut immédiate, et a consisté à mettre en œuvre une stratégie médiatique doublée de son pendant judiciaire. Le jour-même, Epic Games lançait une importante campagne de communication dirigée contre le monopole allégué de la plateforme d’applications d’Apple. Dans le même temps, elle assignait Apple et Google devant la juridiction californienne compétente dans le but de mettre un terme aux modalités de distribution qu’elle considère anti-concurrentielles.

 

 

Le jour suivant, Apple informait Epic Games qu’à défaut de respecter les conditions contractuelles applicables à tous les éditeurs d’applications distribuées sur l’App Store avant le 28 août 2020, elle ne bénéficierait plus du partenariat lui permettant de mettre à disposition ses créations sur cette plateforme.

 

Au-delà des implications purement contractuelles, la firme à la pomme a pu insister sur les garanties que le système mis en place offre en termes de fiabilité et de sécurité des applications distribuées. Par ailleurs, Apple met en avant les investissements lourds consacrés au fonctionnement de sa plateforme, qui offre une visibilité importante à ses partenaires.

 

Outre l’impossibilité pour Epic Games de distribuer ses jeux sur les appareils d’Apple, la fin de ce partenariat impliquerait également que les nombreuses applications tierces créées à l’aide du moteur de jeu Unreal Engine d’Epic Games, largement utilisé dans l’industrie, ne puissent plus être proposés sur les services d’Apple.

 

Epic Games a donc saisi le juge compétent en urgence afin d’obtenir des mesures rapides. La décision rendue n’impose pas à Apple de permettre à nouveau le téléchargement de Fortnite sur sa plateforme, mais l’empêche de suspendre la distribution d’applications tierces développées à l’aide de la technologie Unreal Engine.

Le 28 août, Apple suspendait donc le compte d’Epic Games. Depuis, plus aucun des jeux édités Epic Games n’est téléchargeable à partir du service d’Apple.

Conséquences

L’issue de cette affaire pourrait potentiellement redessiner le modèle de répartition de la valeur dans le secteur du développement mobile. Le moment choisi par Epic Games pour initier ce contentieux n’est pas anodin : la Commission européenne a annoncé plus tôt dans l’année ouvrir des enquêtes pour déterminer si les pratiques d’Apple en matière de distributions d’applications éditées par des tiers sont conformes aux règles concurrentielles européennes.

 

Le montant des commissions disputées est aujourd’hui usuel dans le secteur de la distribution d’applications mobiles. Toutefois, ces standards ont été établis par des acteurs historiques de la distribution numérique, au rang desquels figurent Apple et Google. Ces sociétés insistent notamment sur le fait que ces commissions sont inférieures à celles antérieurement pratiquées sur le marché de la distribution physique de jeux vidéo.

 

D’importants acteurs du numériques dont les services sont également distribués sur les systèmes d’exploitation mobiles, telles que les sociétés qui éditent Spotify, Tinder ou Facebook ont depuis indiqué soutenir l’initiative d’Epic Games.

 

Si la bataille judiciaire ne fait que commencer, la partie s’annonce d’ores et déjà épique !

 

To go further